Le Paon d'Héra / Hera's Peacock n°1

Orphée 1/2

 

Le Paon d'Héra / Hera's Peacock n°1  - le murmure

Agrandir l'image…

Sous la direction de Laurence Le Diagon-Jacquin

Avec la contribution de Vladimir L. Marchenkov, Murielle Martin, Laurence Le Diagon-Jacquin, Jean-Pierre Zubiate, Marie-Anne Lescourret, Linda Rasoamanana, Florence Fix, Gérard Denizeau, Marie Martin et Michel Guiomar

 

le murmure - Collection : Le Paon d'Héra - mai 2006

    • Livre papier

      20,00 €
     

    Présentation

    Parce qu’il incarne à lui seul le concept d’interdisciplinarité, parce qu’il est le poète et le musicien par excellence, le musicien de l’excellence, il était normal de consacrer à Orphée le numéro d’ouverture.
    Vladimir L. Marchenkov, professeur d’esthétique à l’université de l’Ohio, prépare actuellement un ouvrage sur Orphée : The Orpheus Myth and the Powers of Music, qui devrait paraître cette année aux éditions Pendragon. Dans son article « Orpheus as an Ancient Music-Philosophical Symbol », il expose les fondements philosophiques du mythe durant l’Antiquité ainsi que son influence sur la pensée mystique et artistique en particulier. Murielle Martin, journaliste et chargée de cours à l’université de Düsseldorf, offre une réflexion qui intéressera principalement les philosophes, sur l’être humain qui rêve toujours d’une conquête d’un Autre idéalisé dans la philosophie nietzschéenne.
    Le recueil d’articles Musiques d’Orphée, sous la direction de Danièle Pistone et Pierre Brunel, offre un large aperçu des différentes mises en musique de ce mythe si porteur, et ce, de la Renaissance à nos jours. En complément de cet ouvrage, Laurence Le Diagon-Jacquin, agrégée et docteur en musicologie, membre du groupe de recherche de l’université Marc Bloch à Strasbourg II et de celui de Paris IV Sorbonne (O.M.F.) réfléchit sur le rôle de l’Opinion publique dans l’Orphée aux Enfers de Crémieux / Offenbach. Cette nouvelle divinité, allégorie de la société du second empire, contribue à la mise à mort des fondements du mythe antique. À l’opposé, Jean-Pierre Zubiate, maître de conférences en littérature française à l’Université de Toulouse II, met en valeur la poétique du deuil lorsqu’il s’interroge sur « l’orphisme selon Rilke » principalement perçu comme un rapport entre la création et la mort.
    Marie-Anne Lescourret, professeur d’esthétique à l’université Marc Bloch de Strasbourg II, souligne l’importance du mythe orphique dans la création poétique goethéene. Linda Rasoamanana, docteur en littérature française et enseignante à l’université de Poitiers, s’interroge sur les liens entre le mythe d’Orphée et la vie amoureuse de Paul Valéry, tiraillé entre sa femme et sa maîtresse qui lui sera plutôt nuisible, d’un point de vue intellectuel et artistique. De sa descente aux enfers, véritable voyage initiatique intérieur, le poète reviendra meurtri et maudira Eurydice. Florence Fix, maître de conférences en littérature comparée à l’université de Bourgogne, souligne à partir de l’exemple des sculptures de Zadkine (1890-1967), comment la seule tête coupée et muette d’Orphée peut renvoyer au corps d’un aède pour en faire un exemple emblématique de l’artiste immortel. Gérard Denizeau, maître de conférences en histoire de l’art à l’université de Nancy II et chargé de cours à Paris IV Sorbonne, montre comment, dans l’« Alphabet plastique » d’Auguste Herbin, « les couleurs [les mots]et les sons se répondent ». Ces « correspondances », références véritablement baudelairiennes, sont principalement bien mises en évidences dans l’Orphée de l’artiste.
    Marie Martin, normalienne, agrégée de littérature et doctorante en cinéma s’attache au retournement, qui entraîna la perte d’Eurydice. Chez Godard, ce geste qui implique une référence au passé et une réflexion sur les erreurs commises, est redondant et devient « Figure » (Philippe Dubois). C’est sur cette figure… de style que s’achève la série d’articles consacrés à Orphée dans ce premier numéro du Paon d’Héra.
    S’ajoute alors, en hors thème, le texte de Michel Guiomar, professeur émérite d’esthétique à Paris IV Sorbonne qui expose dans « Musique et Dramaturgie : Prélude, Attentes et Perspectives » les fondements d’une réflexion à partir de l’oeuvre de Wagner, qu’il envisage de développer dans les prochains numéros. J’aimerais, pour terminer, remercier chaleureusement mon collègue et ami Christian Fattelay pour son magnifique dessin, symbole éloquent des objectifs de notre revue.

    Sommaire

    Éditorial (+ version anglaise)                                                                                                     9
     
    Vladimir L. Marchenkov,
    Orpheus as an Ancient Music-Philosophical Symbol                                                                           13

    Murielle Martin,
    Orphée et l’Écho d’un souffle nietzschéen                                                                                       31

    Laurence Le Diagon-Jacquin,
    Quand l’Opinion publique veille sur le mythe : L’Orphée aux Enfers de Crémieux/Offenbach                       41

    Jean-Pierre Zubiate,
    Du chant solitaire à la reconnaissance créatrice : l’orphisme selon Rilke                                               53

    Marie-Anne Lescourret,
    La Tête de l’Art - Goethe sur Orphée                                                                                            67

    Linda Rasoamanana,
    L’Orphée infernal de Valéry : un mythe très personnel                                                                     75

    Florence Fix,
    Têtes d’Orphée : Ossip Zadkine et le héros décapité                                                                        87

    Gérard Denizeau,
    L’Orphée d’Auguste Herbin : Couleurs, mots, sons                                                                          97

    Marie Martin,
    La Figure d’Orphée dans les Histoire(s) du cinéma de Godard : pisode 3 A «La Monnaie de l’absolu»        105

    Résumés /Abstracts                                                                                                            115

    Supports disponibles

    • Livre papier

      format 160 x 240, 134 pages, Noir & blancEn stock
    • Caractéristiques

    Référencer ce produit sur votre site

    → Copier en mémoire :